LETTRE DE L'ETE et AGENDA 2eme TRIMESTRE MALTAE 2013

 

logo MALTAE 2013.jpg

 

Téléchargez ici

Agenda MALTAE Deuxieme Trimestre 2013

LETTRE DE L'ETE MALTAE 2013


 

LETTRE DE L’ETE MALTAE 2013

 

Cet été MALTAE, Mémoire A Lire, Territoire A l’Ecoute accueille Jeannette Lartigue, étudiante en troisième année à AgroparisTech qui fera son stage sur la réinsertion dans le circuit économique des plantes conservatoires. Le thème des variétés de conservatoire s’inscrit au cœur des problématiques de conservation de la biodiversité et du patrimoine végétal. La valorisation économique de certaines variétés anciennes de fruits, légumes ou de fleurs, qui ont pratiquement disparu du marché, est essentielle à leur préservation. Cette étude vise à faire le point sur la valorisation économique des variétés anciennes, dans le littoral PACA, en offrant une vision générale sur les différents points de vue des acteurs concernés par cette problématique: Conservatoires, agriculteurs, horticulteurs, pépiniéristes, élus, distributeurs de la filière concernée etc.

En Aout MALTAE accueillera aussi Maud Calvet, étudiante en technique audiovisuelle. Le stage de Maud Calvet aura pour but  la transposition en livre sonore de l’ouvrage « Territoires littéraires, Hyères, des îles à la ville » pour les Editions MALTAE. L’ouvrage avait été en 1998 primé par le CNL et figurait alors parmi les premiers titres de la Bibliothèque de l’Architecture et de la ville ; Il est constitué de plusieurs centaines  d’extraits d’écrivains-voyageurs des siècles passés, parmi lesquels Odile Jacquemin invite à douze promenades thématiques pour découvrir le paysage littéraire d’Hyères et ses environs. L’ouvrage n’a pas vraiment pris de rides et retrouvera toute son actualité à l’Automne 2013 dans le cadre des manifestations organisées par la ville à la médiathèque autour des îles d’Hyères (et notamment la conférence proposée sur le paysage littéraire des îles le 22 octobre). Le projet de livre sonore permettra  de  rendre accessible cet ouvrage au public des malvoyants et d’enrichir la bibliothèque sonore mais il double cet objectif social d’une deuxième ambition, plus esthétique, celle d’ enrichir ces invitations au voyage dans les paysages de la ville d’une dimension sonore. Ainsi, les récits de voyages littéraires seront immergés dans des ambiances sonores, donnant  enfin une concrétisation à cette traduction italienne du mot environnement qu’est le mot « Ambiental », cher à Jean Louis Pacitto. Le projet se fera sous la direction de la conservateur de musée honoraire, Sylvie Warnier. Maud Calvet, qui a terminé son master à l’ IFFCAM  (Institut francophone de formation du cinéma animalier de Menigoute), a déjà à son actif quelques films remarqués.

 

En Avril 2013, Anna Clelia Cagnetta a vu la validation de son Projet EnvironnemArt, créé avec son amie Francesca Carlaccini, dans le cadre des Initiatives Jeunes 2013 (action 1.2 du PEJA) et en cours de réalisation. Il s’agit d’un cycle de 6 ateliers sur l’écriture, le théâtre et la cuisine en plein air, avec le but de se reconnecter à la nature et découvrir ses racines, à travers l’Art. L’événement final est prévu dans le week-end 24 et 25 AOUT près de YES WE CAMP, un camping alternatif et expérimental, mêlant écologie et architectures performatives construit sur les quais de l’Estaque à Marseille à l’occasion de MARSEILLE PROVENCE 2013. www.environnemart.com

 

En juin, nous avons aussi accueilli Tiphany Loury étudiante à l’ENSP de Versailles et présidé son jury de diplôme le 10 juillet dernier. Le choix d’un sujet courageux et d’une grande actualité - « Urbaniser le centre commercial: les résurgences transforment la zone d’activité Toulon-Est » - lui a valu les félicitations du jury. Comme il l’avait été fait il y a deux ans avec  une autre étudiante de l’ENSP de Versailles, Laura Roubinet, dont le travail s’attachait aux Hauts d’Hyères, il nous a semblé utile de proposer une restitution de son travail au territoire. La question  de la reconversion des futures friches  des zones commerciales, sujet soulevé depuis des années par David Mangin, est en effet cruciale ; l’approche paysagère ne traite certes pas l’ensemble des problèmes mais propose une démarche de reconquête s’appuyant sur l’idée de renouer avec le site et notamment avec une attention privilégiée aux tracés des cours d’eau ; le drame  survenu à l’ université de Toulon lors des pluies orageuses en 2012 rendra le public d’autant plus attentif à ses propositions.

1-diplome TIPHANY.JPG

Jusqu’au 24 aout, Jean Belvisi, auteur photographe, expose au château de Carcès dans le Var « A l’envers de l’homme bleu, Le paysage révélé ». Il y explore plusieurs territoires de vies, pour la plupart dans le département du Var, où se côtoient artistes et frères Dominicains, bergers et gens de terre, tout cela au cœur de leurs contrées ...

photo belvisi 1.jpg

    

Au delà de cette orientation délibérée d’un accueil dans la structure de nouvelles générations, exprimée par un soutien aux projets (et ambitions) de jeunes, accueil de stagiaires ou accompagnement de diplômes…MALTAE poursuit sa mission de mémoire et de transmission, au service d’une culture du territoire partagé(e).

 

Le printemps 2013 a été riche en rencontres et projets : MALTAE a participé ou a organisé plus d’une quarantaine de rendez-vous, évènements, ateliers, manifestations de type colloques, séminaires, expositions, conférences ou débats publics au travers lesquels l’association diffuse ses messages, transmet son approche du paysage et fait passer ses manières de voir l’aménagement du territoire en bonne économie.

 

Dans le cadre de la mise en place du projet d’un CPIE dans le Var, une quatrième visite (après ceux de Arles, de l’ Etang de Thau et de Montpellier) a été organisée pour rencontrer l’équipe du CPIE du Pays d’Aix en Provence.

MALTAE a participé pour la deuxième fois au séminaire AUDACE en partenariat avec l’École Nationale Supérieure du Paysage, à Cabris 06. Il s’agissait d’interroger « la fabrique du paysage régional », au regard de la nécessité de la « transition énergétique des territoires». À partir de questions posées par le devenir de la lisière du Parc Naturel Régional des Préalpes d’Azur, le sujet était  comment traiter « LA LISIÈRE ENTRE L’URBANISATION ET LES ESPACES NATURELS ».

MALTAE a été sollicité par Eric Laveysse pour un ambitieux projet de ferme collective sur un grand domaine du centre Var (80 hectares). Cas d’école « grandeur nature » pour réfléchir aux opportunités et aux montages de projets liant dimension agricole et projet d’habitat collectif ;  le projet n’a pas pu démarrer mais témoigne de la capacité et de la volonté d’individus à s’engager dans la recherche de solutions alternatives sur cette même question de l’articulation  ville/campagne et urbains/agriculteurs.

MALTAE a assisté aussi sur cette thématique à la rencontre organisée le 28 février par la commune de Velizy sur le thème de «  la ville biomimétique, ville de demain »  

 

Le biomimétisme sera le thème central d’une manifestation internationale initiée par Jean Louis Pacitto et le GIS AMPHIBIA, et à laquelle MALTAE est associée.

Le 6 mars, MALTAE a participé à la réunion d’étape, bilan à mi-parcours du PLH  de la CAPAP : « Comment produire du logement sur notre territoire ? ». L’objectif est toujours celui de voir comment l’habitat participatif peut prendre une place à part entière  dans les politiques territoriales de l’habitat.

doc. séminaire Construire et habiter Autrement 27 Juin CAPAP Grasse

 

Le 8 Mars, MALTAE a proposé pour la troisième année, à l’occasion de la journée de la femme un ciné-débat « Portraits d’agricultrices » en partenariat avec le Lycée agricole d’Hyères. La projection du film  « Sylvie » d’Armand Chartier (1971) a été suivi d’un débat sur la place de la femme dans l’agriculture aujourd’hui et demain. Rendez-vous est pris à Hyères et à Mouans-Sartoux pour la journée des femmes 2014 avec un projet d’une rétrospective  des films de la série « la voix » d’Armand Chartier, pour son centenaire,  et le tournage de portraits de jeunes agricultrices d’aujourd’hui.

 

 

 

Le 16 Mars, à l’occasion de l’ Assemblée Générale  de MALTAE 2013,  Jean Ecochard a redonné la conférence qu’il avait donnée en janvier à Martigues sur « Michel Ecochard , sa vie et son œuvre en Méditerranée, d'Est en Ouest ».

image michel ecochard toulon.jpgphoto michel ecochard planeur.jpg


Dimanche 17 Mars, Odile Jacquemin a organisé une balade urbaine littorale sur le thème « Comprendre l’évolution du paysage littoral du territoire des Maures à la rade d’Hyères». Ce même sujet est l’objet de la formation proposée au Domaine du Rayol le 20 septembre prochain.

 

Jeudi 21 mars, Jean Louis Pacitto et Odile Jacquemin ont  participé au grand Atelier du Logement organisé par le Ministère et le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) à la Biennale du Design de ST Etienne dont le thème était « l’empathie » http://www.biennale-design.com/saint-etienne/2013/fr/home/110113-home-edito

Dans le cadre du programme, logement design pour tous, le fil conducteur de l’atelier était d’échanger sur les expériences novatrices afin de répondre à la question des nouveaux enjeux du logement. Un dossier documentaire conséquent a été rapporté, relatif à des expériences de toute la France et outre les frontières.

Samedi 23 mars, MALTAE a été présent aux côtés de l’association Ecohabitons 06 pour une présentation de l’Habitat Participatif  au Salon Eco-Habitat de Vence.

 

Le 26 mars, MALTAE était présent au séminaire « conflits territoires » d’Agroparistech, dont le sujet était «Conflits et innovations autour de la nature en ville ; Entre accès aux ressources naturelles  et accès à l'espace urbain ». Sandrine Baudry, ethnologue, s’était intéressée à comment  les enjeux sociaux, environnementaux et économiques de la nature en ville, en font un élément constitutif du projet urbain, à partir d’une exploration aux États-Unis comme en France, de la manière dont des groupes de citadins ont affirmé leur droit à la ville face aux institutions, par le biais d'actions de végétalisation. Elle a montré, notamment,  que la question de savoir quelle nature on désire en ville est elle-même source de conflits.  Cette conférence est téléchargeable sur le lien : http://www6.versailles-grignon.inra.fr/sadapt

 

Vendredi 5 avril, MALTAE a assisté à la conférence de Rudy Ricciotti sur le logement et la fabrique de la ville : ce fut une occasion de  faire passer, une fois encore,  lors du débat, le message sur la nécessité de préserver les jardins du parcellaire historique des villes littorales, dont l’identité est en partie d’être des villes construites dans leurs jardins. Il s’est agi de sensibiliser aux « dommages collatéraux » de  la  reconstruction de  la ville sur la ville, quand  la  densification urbaine construit les « dents creuses » sans discernement. MALTAE invite à inverser le regard et plaide pour une composition urbaine où ces dents creuses soient vues comme des vides avec lesquels composer  un projet urbain tenant compte du besoin de nature en ville. Le défi est d’inverser le regard sur les  vides pour les utiliser non plus comme des vides à remplir mais comme potentiel pour le meilleur équilibre du tissu urbain de la ville de demain. Ce message  avait été développé par MALTAE au congrès du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques) de Tours  en 2012 sur le sujet de la composition urbaine avec une conférence sur les nouvelles agricultures urbaines. 

congrès CTHS 2012 : agricultures urbaines et quartiers fertiles

 

La participation le Jeudi 25 avril, au 138e congrès du CTHS à Rennes, dont le thème était «  se nourrir », a permis de prolonger ce plaidoyer  en proposant une communication sur la question cruciale de « de quoi demain se  nourriront les littoraux ?». L’exemple du littoral méditerranéen et de la diète méditerranéenne a été l’occasion d’insister sur  l’articulation des domaines de la santé de l’environnement et de la culture et de l’habitat. MALTAE a interpellé, lors du débat de la conférence finale, les organisateurs  sur la nécessité d’ouvrir un vaste chantier sur la question essentielle  du plaisir de «  se nourrir »  pour les personnes âgées. Les cellules des papilles gustatives sont semble-t-il celles qui se renouvellent rapidement jusqu’à la fin de la vie, ouvrant un champ scientifique et social à une  amélioration de la qualité de la fin de vie. Le 13 mai, en prolongement de cette communication, O. Jacquemin et JL Pacitto ont présenté à Hyères au Lycée agricole une conférence sur « La ville nourricière, l’histoire au service de l’anticipation : l’exemple d’HYERES, de la ville construite dans un jardin à la ville agricole de demain ».

Les différents hommages rendus à l’architecte Oscar Niemeyer, décédé en 2012 à l’âge de 103 ans, ont permis de rappeler que l’utopie est nécessaire à la construction des alternatives. Catherine Aubert, Christian Girier, Jean Louis Pacitto et Odile Jacquemin ont assisté à la projection des documentaires organisée en mars par le Centre Sud à l’Ecole d’architecture de La Villette.

« BRASILIA, UNE UTOPIE A L’ÉPREUVE DE LA RÉALITÉ » est une véritable leçon d’histoire au service du projet, au service du débat de la fabrique de la ville, et de la construction des alternatives. Le premier documentaire, « Oscar Niemeyer, un architecte engagé dans le siècle », réalisé en 2000 par Rogier van Eck et Marc-Henri Wajnberg, rappelle l’épopée de la construction de Brasilia, construite en 1000 jours et inaugurée le 21 avril 1960. Son slogan de campagne, « 50 ans de progrès en 5 ans » est à l'image du projet fou dans lequel il se lança pour fonder Brasilia et n’est pas sans rappeler le titre donné aux Rencontres Nationales du Logement, qui se tiendront pour la troisième année à Aubagne : « 5 ans pour sortir de la crise du logement ». La ville est entièrement pensée, planifiée selon le fameux plan pilote de l'urbaniste Lucio Costa est un projet de  ville nouvelle  implantée au centre du pays, afin de rééquilibrer le développement des villes côtières vers l'intérieur du pays. Les grands projets sont aussi possible pour introduire la réversibilité ! Le second documentaire : « Brasilia, Contradictions d'une ville nouvelle », sept ans à peine après l'inauguration de Brasilia, s'attache à une évaluation honnête des premiers échecs de cette utopie. Joaquim Pedro de Andrade, dans « Brasilia est une ville comme les autres », met en exergue le système inégalitaire de la ville moderniste, dans ce documentaire qui sera censuré sous la dictature. Cette évaluation est tout aussi utile à la mise en place des nouvelles utopies d’aujourd’hui qui peuvent ne pas perpétuer les mêmes erreurs… Catherine Hémart a organisé une rencontre avec Jacques Tricot, Président honoraire du BERIM et ingénieur de Niemeyer pour le chantier du siège du parti communiste  qui nous a permis de récupérer les plans du projet qu’Oscar Niemeyer avait conçu pour la ZUP de Grasse dans les années 80 (image en bas).

plan Grasse Niemeyer Capture.JPG

Samedi 6 avril, Odile Jacquemin a présenté et dédicacé son ouvrage  « Deux siècles d’histoire d’un paysage entre terre et mer : Hyères de 1748 à nos jours» à la Médiathèque Saint-John Perse d’Hyères. Mardi 9 avril, ce fut la conférence « La formation du paysage à Hyères, du sel au pixel » dans le cadre de la « Pause Nature » et du débat sur l’ « Opération  Grand Site » menée sur la Presqu’île de Giens. L’enjeu est toujours celui de la réappropriation culturelle du patrimoine pour le plus grand nombre ; la proposition est de voir dans l’entrée du paysage numérique un accès complémentaire et non concurrentiel des paysages d’exception, trop souvent  exposés aux périls de la surfréquentation.

Le 2 avril, nous avons assisté à la présentation par Damien Bellon du Plan Biodiversité pour la ville d’Hyères, et de son engagement pour le concours « Capitale française de la biodiversité ». L’occasion de rappeler l’importance  des trames vertes et bleues, de la nécessite de les inscrire dans les documents d’urbanisme  et du rôle joué à ce titre par les jardins urbains, qui deviennent un capital à préserver et un outil du plan pour la biodiversité.

 

Vendredi 12 avril, Odile Jacquemin a accompagné Françoise et Anne Joly à Briey, la Cité radieuse de Le Corbusier près de Metz, où se tenait, dans la galerie de la première rue, l’exposition consacrée à leur père «  Robert Joly, urbaniste architecte ». Alexandra Schlicklin, élève de Joseph Abram, qui  consacre sa thèse de doctorat aux archives que Robert Joly a déposées en 2004 aux archives de l’IFA, en était le commissaire.

 

Samedi 13 avril, David Peyceré et Odile Jacquemin ont participé à l’hommage rendu par l’Ecole de la Villette et la Cité de l’architecture et du patrimoine de Chaillot à Michel Vernes, enseignant, cofondateur de l’école et décédé en 2012.  MALTAE a notamment mis l’accent sur le devenir et la transmission de la bibliothèque de M.Vernes, à laquelle se sont référés tous les invités. Cette interrogation commune  à la bibliothèque  de Robert Joly et de tant d’autres intellectuels a fait apparaitre un vrai chantier pour MALTAE : parmi les enjeux de transmission et de conservation de patrimoine matériel et immatériel, les bibliothèques privées apparaissent comme des œuvres à part entière de l’œuvre de leurs propriétaires, témoignages de la constitution d’une pensée et d’une vie, et qui méritent sans doute qu’on se préoccupe de leur devenir et de leur conservation en tant qu’ensemble constitué et ordonné. Comment concilier d’une part le respect de la valeur vénale et de la vie propre à chaque ouvrage et, d’autre part, la mise en partage de l’œuvre intellectuelle par la conservation numérique et la diffusion sur le net  d’une « bibliothèque  virtuelle ». C’est à cette question que MALTAE propose de se frotter avec, en projet, la bibliothèque virtuelle de Robert Joly.

 

Samedi 20 avril, MALTAE a accompagné l’association Volubilis à PAU à la visite du village d’Emmaüs Lescar-Pau, rencontre organisée sur le thème de : « Auto construire pour se reconstruire ». Le projet de cette communauté, unique en France, vise à dépasser l’accueil d’urgence et la réinsertion par le travail pour un vrai projet de territoire et de création de village.

Deux trois points forts sont à souligner : la réussite d’un accueil inconditionnel /l’insertion parmi les acteurs économiques incontournables du territoire. Emmaüs Lescar-Pau remplit la fonction de la déchetterie pour la communauté urbaine malgré un parti-pris de ne dépendre d’aucune subvention (Un tel positionnement clignote comme une petite lumière rouge pour rappeler la force des initiatives de la société civile)/ L’ouverture inévitable  du projet de village vers  un projet agricole.

1-cabanon emmaus lescar pau.JPG  maison emmaus lescar pau.JPG


A Pau, encore, le 22 avril, en référence au projet en cours de VAH (Ville d’Art et d’Histoire) à Hyères, MALTAE a pris contact avec la direction de la Ville d’Art et d’Histoire.

Le 23 avril, à Bordeaux, ce fut l’occasion de reprendre contact et de mesurer l’état d’avancement des projets d’Ecoquartier et d’habitat participatif et entrepreneurial Darwin (photo en bas) et H’Nord, avec Jean Marc Gancille  et Marc Lasaygues.

1-ecoquartier darwin.JPG

Deux rendez-vous importants furent l’occasion pour MALTAE de renouer avec les origines de l’aventure autour du paysage et de l’éducation du public : d’une part, le 14 mai, en renouant avec les CAUE,  en rendant hommage à Robert Joly (aussi père fondateur des CAUE) au Lycée agricole qu’il a construit à Tulle-Naves, où fut présenté, en avant-première, le film que MALTAE  lui a consacré : « Retour sur site : un maître d’œuvre et son ouvrage, Robert Joly et le lycée Edgar Pisani », film tourné par Christian Girier. L’évènement fut organisé à l’initiative du CAUE de Corrèze et s’est inscrit dans la semaine Agriculture et Paysage organisée chaque année par la fédération nationale des CAUE. Le deuxième  rendez-vous  fut le  colloque international que l’Ecole d’architecture de La Villette a consacré le 1er et 2 juin à l’éducation au paysage. (C’est à l’école de La Villette, ex UP6  que Odile Jacquemin a soutenu, en 1976, sous la direction de Robert Joly, son diplôme d’architecte sur la question du paysage…)

Le 24 et 31 mai, MALTAE a participé activement aux deux rendez-vous des structures que nous sommes fiers d’avoir contribué à faire naitre et faire vivre : le Regroupement de l’Habitat Groupé sur le Var a rassemblé une trentaine de personnes au Luc le 24 mai, groupe qu’une assemblée générale extraordinaire le 2 juillet, a constitué en association, donnant un nouveau départ à Ecohabitons 83, désormais  réseau élargi d’une demi- douzaine de groupes projets.

Le 25 juillet, MALTAE et Ecohabitons 83 participaient à Marseille à la mise en place d’une coordination régionale de l’habitat participatif, en créant grâce au soutien de la Région PACA un poste d’animateur permanent à l’échelle des 5 départements de notre Région.

L’engagement dans cette déclinaison du territoire partagé qu’est l’habitat participatif  s’est manifesté dans deux rendez-vous qui furent des  moments intenses :

- celui de l’organisation du séminaire « Mieux coopérer pour un autre habité », accueilli par Marie Louise Gourdon le 27 juin à Grasse à la CAPAP (Pôle Azur Provence), qui s’est conclu avec la projection du film «La cité des Abeilles ». Le film était bienvenu pour rappeler que après-guerre, au plus fort de la crise du logement, le mouvement des Castors (photo) avait introduit le capital travail comme une des alternatives pour permettre l’accès au logement à ceux qui n’en avaient pas le capital. Au-delà d’un moment d’information, notamment sur les projets existants sur le territoire et un point sur le cadre législatif en préparation, le séminaire a pointé au moins deux pistes : celle de la relance de la mise en œuvre de projets utilisant le capital travail et, à l’initiative d’un participant au débat, le chantier d’identifier les promoteurs privés intéressés par les valeurs de l’habitat participatif et ouverts à du partenariat, plus nombreux qu’on ne le croit… En effet, si les bailleurs sociaux sont désormais clairement identifiés comme s’intéressant à cette troisième voie pour le logement, il serait dommage de se priver de cette piste qui peut répondre aussi à l’enjeu du quantitatif. Le séminaire s’est conclu avec l’intervention de la Conseillère Régionale du secteur Joëlle Faguer, qui a présenté l’ambition de la politique régionale en faveur de l’habitat participatif, laquelle s’étant concrétisée le lendemain, le 28 juin, par le vote en Région d’une délibération ad hoc (voir brève).

http://echange.poleazurprovence.com/openupload/www/?a=d&i=tDaxVvg2GL

- le deuxième rendez-vous fut celui du 5 juillet à Lyon, organisé par Chaircoop  à  l’Université catholique de Lyon, où un large tour d’horizon des expériences internationales a permis de contextualiser les expériences françaises et de pointer comme enjeu prioritaire le changement d’échelle. A ce titre, l’expérience  de l’Uruguay fait référence.

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1204/files/2013/07/COOP-URUGUAY.pdf

 

MALTAE s’associe aux Journées Portes Ouvertes du 19 et 20 Octobre 2013 organisées par la Coordin’Action de l’Habitat Participatif,  www.habitatparticipatif.net

 

Le 31 mai, à La Roquebrussanne, s’est tenu le rendez-vous annuel du CDTF(Collectif de Défense des Terres fertiles) : 

« Sauver les terres agricoles ». Alors que la SAU (Surface Agricole Utile) départementale dépasse les 50 % en moyenne en France, elle est tombée à moins de 10% dans le Var. L’occasion de faire valoir les exemples vertueux des maires qui s’engagent pour offrir aux terres agricoles de leur Commune une protection renforcée et durable. Le maire de la Roquebrussanne est de ceux-là, lui qui a mis en place, pour la première fois en PACA, une ZAP (Zone Agricole Protégée) qui permettra entre autres la fin de la spéculation foncière. Le maire de La Celle est prêt à suivre. A été aussi présentée la démarche du maire de Velaux (Bouches du Rhône) qui a mis en place l'un des trois premiers PAEN (Périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains) de France. Une quarantaine de personnes se sont retrouvées pour plancher sur la question de la disponibilité et de l’efficacité des outils de l’urbanisme. Occasion fut ainsi donnée de réaffirmer les dangers de la loi SRU, quand la reconstruction de la ville sur la ville et la densification ne tient pas compte des particularismes locaux d’un tissu urbain spécifique à la Provence et où font sens les jardins urbains. Il s’est agi pour MALTAE d’attirer l’attention des élus et des présents sur la nécessité de réévaluer le potentiel agricole dans les documents d’urbanisme en changeant les indicateurs et en dénombrant les espaces disponibles pour une agriculture urbaine, même au sein des zones à urbaniser.

 

Pour la troisième fois MALTAE a poursuivi sa contribution aux ateliers participatifs que le Parc Naturel de Port-Cros organise en vue de l’élaboration de sa charte. Il s’agissait, le 28 mai dernier, du programme de recherche et d’innovation. L’occasion une fois de plus de plaider pour le bon usage du droit à l’expérimentation Inscrit dans la Constitution depuis dix ans, qui se doit de s’atteler en prenant à bras le corps la question de comment concilier protection et développement.

 

Le 26 mai et le 8 juin, entre nature et culture, MALTAE avait organisé deux ateliers itinérants du paysage pour le cycle du printemps. Le premier, au Plateau Lambert à Collobrières (photo), guidés par Marie Claire et Peter PFAU,  fut l’occasion de vérifier par l’expérimentation in situ et de diffuser le message de la valeur du paysage comme ressourcement : valeur d’usage en premier lieu, reconnue par tous, en terme de bienfait bien-être et santé, mais aussi et surtout valeur d’échange ; message souvent implicite mais qu’il convient d’expliciter et de théoriser et diffuser, notamment pour sa dimension économique dans de la valorisation du patrimoine naturel des territoires et de ressource d’énergie renouvelable. 

1-balade 8 juin jardins.JPG

 

Le 8 juin, l’atelier qui avait pour thème les jardins dans la Côte des Maures nous a conduits, avec Pierre Quillier, du Jardin Saint-Bernard (Jardin de la villa Noailles),  au jardin du Domaine du Rayol, en passant à l’aller par le jardin privé de Francis Marmier et au retour par le « grand jardin naturel » de la Route des Crêtes. Journée dense, occasion encore de prendre la mesure de combien les jardins sont des créations de nature éminemment culturelles. La diversité de ces quatre jardins remarquables a permis d’aborder de nombreuses connaissances en botanique, grâce à l’érudition des jardiniers collectionneurs rencontrés, mais aussi compréhension de notions plus complexes : le jardin-territoire dans le massif  des trois cent hectares de garrigue traversé par la piste forestière au-dessus de Bormes ; l’homme-jardin, avec Marmier et ses terrasses d’Aiguebelle, trouée verte dans l’urbanisation littorale du Lavandou, qui n’existent que par la ténacité du combat que mène leur propriétaire cultivateur depuis plus de 20 ans…

Occasion encore de s’interroger sur le devenir de ces jardins, dans leur transmission : Comment en assurer la pérennité ? Le Conservatoire du Littoral ne peut pourtant pas posséder toute la Côte. L’exemple du Domaine du Rayol, géré par l’association ADORA, qui doit assurer le financement  de son entretien et payer les trente salaires  du coût de sa gestion, montre toutes les limites de l’exercice : tout jardin « sauvegardé » de l’urbanisation ne peut devenir un jardin remarquable avec entrée payante et visée culturelle, pédagogique et touristique !

 

Le 7 juin, MALTAE est intervenue sur un de ses thèmes de prédilection : l’eau, en participant au festival « les Eauditives » que les éditions Pleine page organisent maintenant depuis trois ans à Barjols et Brignoles. En duo avec Georges Olivari de la Maison Régionale de l’Eau lors d’une conférence à la Médiathèque, il nous fut donné l’occasion de rendre hommage à Jacques Rancière pour se mettre au diapason  de ce festival et situer entre art et sciences la justesse de l’argument qui nous pousse à nous investir dans la préservation de tous les  patrimoines  de l’eau : non seulement ceux des petits édifices charmants que sont les nombreuses fontaines des villages du Var, mais ceux de tous les dispositifs nés de l’ingéniosité humaine pour conduire l’eau, et ceux de tous les usages et pratiques sociales, savants ou populaires, qui , bout à bout ont forgé et forgent encore la culture de l’eau des gens de Provence : cet art de gérer le trop et le trop peu… L’occasion fut donnée d’introduire le thème favori  de l’approche historique de MALTAE : traiter de la transition et lancer le défi de donner à l’eau en transition la même place que la transition énergétique.

 

Le 16 juin, Verene Arnold a participé à Hyères à l’Assemblée générale du jardin partagé JHADE, réaffirmant l’engagement  de MALTAE à soutenir et accompagner cette riche initiative...La parcelle de MALTAE est cultivée, pour le plus grand bonheur de tous, grâce à l’engagement de Colin Zaragoza qui fait en même temps sa formation au Lycée agricole -  http://www.reseaujsm.org/spip.php?article83

 

Le 22 et 23 juin, MALTAE a renouvelé pour la deuxième année son partenariat avec l’association Promenades urbaines pour inviter à un weekend de « Balades architecturales littorales et estivales » consacré aux œuvres de l’architecte Rudy Ricciotti. Ce choix d’accompagner l’exposition rétrospective que La Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Chaillot lui consacre coïncidait avec l’ouverture du MuCEM à Marseille. Deux journées ont décliné un programme intense consacré le samedi aux projets privés d’habitat sur le thème « Habiter le littoral varois avec Rudy Ricciotti » et le dimanche à la visite d'équipements culturels muséaux de Menton à Marseille « 10 ans d’équipements muséaux ». Le week-end s’est terminé par un débat au Café du XXe siècle de CASSIS, en partenariat avec la librairie « Le Préambule »,  autour de son dernier ouvrage « L’Architecture est un sport de combat ». Alors que l’on s’était préparé à la rencontre des performances de l’ingénieur, la plus grande surprise fut de découvrir le talent d’urbaniste
déployé dans les projets, y compris dans les réponses presque troglodytes des maisons individuelles.

1-RR Menton Musée JC Calade Lezard 001.jpg 1-balade Rudy Ricciotti Cassis.jpg

 

Une fois encore, comme pour le « Retour sur site avec Robert Joly », MALTAE a pu rappeler que l’histoire de l’architecture c’est aussi donner l’occasion à des habitants de dire merci aux architectes qui ont conçu leurs lieux de vie.

                                                                                                                                                                                                                                 

BREVES

 

Le collectif de préfiguration d’un CPIE dans le Var, le CIETM, est désormais en fonctionnement. Son objet social est, autour du territoire des Maures, côté mer et coté terre, de mener des actions de préfiguration permettant d’identifier et de valoriser, de favoriser, de promouvoir et de fédérer des initiatives relatives au développement durable, et ce dans le champ de l’information, de la sensibilisation, de la formation et de l’éducation, de la recherche-action et de l’innovation pour mener des projets collectifs. Son Président est Gilles Grillet, le directeur du CFPPA d’Hyères ; ses membres sont déjà plus de 17 (+2 ?): MALTAE, CFPPA, Domaine du Rayol, Mer Nature, Parc national de Port-Cros, Les Amis de la Presqu’île de Giens, La Maison Régionale de l’Eau, SIDECM, Vespiland, LPO, ACDTM, Enercoop PACA, Naturelles Balades, La ferme pédagogique de Beaugensiers, CDTF (Collectif de Défense de Terres Fertiles), Les jardiniers de la mer, JHADE, et, en attente, peut être nous rejojndrons le Conservatoire du Patrimoine de la Garde Freinet et le Conservatoire d’espaces naturels de PACA. Siège et bureau ouvert dans les locaux du CFPPA !

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

Le dossier IPM, (Identité, Parcours, Mémoire) a été validé sur le projet : « Paroles d’agricultures, portraits d’agricultrices », destiné à recueillir et transmettre la mémoire des femmes et des hommes, les travailleurs aux champs, qui avant et pendant les années 1970 étaient une force vive de la richesse de la ville.

Ce projet poursuit le travail sur l’agriculture littorale, étant en lien avec le sujet de stage de l’étudiante Jeannette Lartigue.

------------------------------------------------------------------------------------------

 

Le Conseil Régional PACA a voté le 29 juin dernier une délibération en faveur de l’Habitat Participatif qui se développe sur les 7 axes d’intervention suivants :

Axe 1 : accompagner les collectivités locales dans la reconnaissance de l’habitat participatif dans leur politique de l’habitat ;

Axe 2 : Lever les freins au foncier ;

Axe 3 : Soutenir l’ingénierie, les études de faisabilité et l’accompagnement des groupes ;

Axe 4 : Soutenir les projets d’habitat participatif à caractère social ;

Axe 5 : Expérimenter la structuration du réseau des habitants et le développement de groupes projets ;

Axe 6 : Soutenir la qualité environnementale des projets ;

Axe 7 : Soutenir les démarches liées à l’économie de la sobriété.

MALTAE s’est engagée activement dans les deux associations Ecohabitons 06 et Ecohabitons 83 et la mise en place d’une Coordination Régionale.

-----------------------------------------------------------------------------------------

AGENDA MALTAE DEUXIEME SEMESTRE 2013

 

 

AOUT

HYERES - 5 et 28 Aout : Réunion d’étape et restitution du stage de Jeannette Lartigue sur son « Etude sur la remise en circuit des variétés de conservatoire, variétés anciennes, dans le littoral PACA »

MARSEILLE - 24 et 25 Aout : Week-end conclusif du projet EnvironnemArt sur le site YesWeCamp avec A.C. Cagnetta

CHATEAU DE CARCES/VAR - Jusqu’au 26 Aout : exposition photographique « A l’envers de l’homme bleu, Le paysage révélé » de J. Belvisi

SEPTEMBRE

HYERES - 18 Septembre : Conseil d’Administration du CIETM, du Collectif de préfiguration d’un CPIE dans le Var

LE RAYOL CANADEL - 20 Septembre : formation au Domaine du  Rayol « Comprendre l’évolution du paysage littoral »

HYERES - 24 Septembre : Atelier « Lecture du paysage industriel littoral » avec le  lycée Costebelle par Odile Jacquemin

OCTOBRE

HYERES - 2 Octobre : Atelier « Lecture du paysage industriel littoral » avec le  Lycée Costebelle par O.Jacquemin

AUBAGNE - 12 Octobre : découverte de la ferme achetée par Terre Liens  aux Jonquiers et rencontre avec les agriculteurs

MARSEILLE - 13 Octobre : 8ème édition du festival Champs Libres 2013

LA DEFENSE - 18 Octobre : participation à la Journée d’étude du Comité d’histoire du Ministère « Des lumières à nos jours, l’inventivité financière au service de l’aménagement et de l’environnement »

HYERES - Mardi 22 Octobre : conférence sur le «Le patrimoine littéraire autour des îles d’Hyères » par Odile Jacquemin et Sylvie Warnier à la Médiathèque Saint-John Perse.

NOVEMBRE

LA SEYNE-SUR-MER - 23 Novembre : participation au Colloque « entre terre et mer » de l’association Histoire et Patrimoine Seynois : Conférence par Odile Jacquemin sur la ruralité maritime des XIX et XX siècles

 

AUTOUR DE L’HABITAT PARTICIPATIF

LE LUC en Provence  -  3 Octobre : Séminaire « Mieux coopérer pour un autre Habité » en partenariat avec la mairie du Luc ; projection du film "La ville autrement" de Gérard Thurnauer

PACA - 19 et 20 Octobre : MALTAE s’associe aux « Journées Portes Ouvertes » organisé par la Coordin’Action de l’Habitat Participatif

AUBAGNE - Novembre : Séminaire « Mieux coopérer pour un autre Habité »  (date à définir)

 

AUTOUR DU LIVRE 

PIERREFEU DU VAR - 28 Septembre : Salon du « Livre dans la vigne » au Château de l’Aumérade

MOUANS - SARTOUX - 4 au 6 Octobre : participation au 26 Festival du Livre de Mouans - Sartoux, qui, après nous avoir invité en 2012 à « rallumer les étoiles » nous invite en 2013 à nous retrouver sur le thème de « Même pas peur».

TOULON - Du 15 au 17 Novembre : Fête du Livre de Toulon

 

ARCHITECTURE et HISTOIRE de l’ARCHITECTURE

HYERES, le 14/15 Octobre Rendez -vous avec Gérard Thurnauer

Après la rencontre le 23 juin dernier avec le Grand Prix d’Architecture Rudy Ricciotti, nous invitons l’architecte et urbaniste Gérard Thurnauer, autre Grand Prix d’Architecture,  pour les 50 ans du Parc de Port-Cros,  à restituer in situ un petit bout de l’histoire de l’île de Porquerolles dans « la Charte de Porquerolles », réponse proposée en 1970 lors d’une mission confiée par la DATAR.                                  

 

PARIS - Samedi 7 Décembre : MALTAE s’associe à l'hommage qui sera rendu à la « Cité de l'Architecture et du Pa

trimoine de Chaillot » à un de nos membres, l'urbaniste architecte Robert Joly, décédé en novembre 2012, alors qu'il travaillait avec Marcel Roncayolo à un projet d'ouvrage « faire la ville autrement ». Nous y projetterons le film « Retour sur site, Robert Joly et le Lycée agricole E. Pisani »

 

ATELIERS ITINERANTS DU PAYSAGE

Les PROMENADES ARCHITECTURALES LITTORALES se poursuivent avec deux rendez-vous :

- la « balade des cabanons » : promenade sur le thème des cabanons, du cabanon de Le Corbusier aux cabanons de Giens, avec Geneviève Baudin et Françoise Marty (date à définir en septembre)

- la « balade des friches » : promenade sur le thème des friches industrielles et agricoles afin de montrer les potentiels du  territoire, avec Jean Louis Pacitto et Alain Le Metour (date à définir)

AUTOUR du GR MARSEILLE 2013 avec MALTAE :

- GEMENOS SAINTE BAUME - 11 Septembre 2013  avec Dominique Cras

- « TRONCON SURPRISE » à l’initiative de Jean-Claude Gautier (date à definir)

 

EN 2014…

AUTOUR du GR MARSEILLE 2013 avec MALTAE :

l’Etang de Berre avec Jean Ecochard en 2014 (date à définir)

8 mars : A l’occasion de la Journée de la femme Ciné - débat  « Portraits d’agricultrices », rétrospective d’Armand Chartier et portraits de jeunes agricultrices d’aujourd’hui

 

 

Pour info :                                           

maltae2@gmail.com

04 94 35 42 92 / 06 19 65 08 44    

www.maltae.org

 




19/08/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres